Israël se défend contre 1.000 frappes de cyber-attaques à la minute.

6 Septembre 2012 , Rédigé par israel-chronique-en-ligne.over-blog.com Publié dans #TRADUCTIONS

ScreenShot010-copie-3

 

 

Adapté en français par Hanna

© Israel-Chroniques-En-Ligne

 

Source: The times of Israel par David Shamah

 

 

Israël est attaqué 1.000 fois à la minute par les cyber-terroristes qui visent en grande partie les infrastructures du pays – l’eau, l’électricité, les communications et d’autres services importants. Et tandis que les pirates informatiques ont jusqu’ici échoué à monter une attaque significative sur les principaux systèmes, qui pourrait par exemple laisser les Israéliens sans électricité, il n’y a aucune garantie que cela ne puisse pas arriver, a déclaré le Directeur de la Compagnie d’Electricité Israélienne (CEI), Yiftah Ron-Tal.

En fait, les chances sont avec les cyber-terroristes, au moins autant que la CEI est inquiétée, parce que la société est soumise entre 10.000 et 20.000 cyber-attaques  chaque jour, a dit Ron-Tal.

Ron-Tal s'exprimait mardi lors de la réunion annuelle de l'Institut de l’Université de Tel-Aviv pour les Etudes de sécurité nationale (INSS). Les participants à l'événement, dont des chefs militaires et des experts en sécurité, comme Amos Yadlin, directeur actuel de l’INSS et ancien chef du renseignement militaire de Tsahal, et le général Michael Hayden, ancien directeur de la NSA et de la CIA.


La CEI, a déclaré Ron-Tal, traite ces attaques comme une urgence de sécurité, avec un déploiement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 du personnel de haute sécurité, des stratégies de type militaire pour déjouer, contrecarrer ou se défendre contre les attaquants ainsi que le « redéploiement des forces » pour garantir que les attaques ne rendent pas la capacité de la CEI inapte à assurer le bon fonctionnement électrique.


«Dans le passé, nous avons eu deux états de fonctionnement distincts – un déploiement de routine et une situation d’urgence, pas plus », a déclaré Ron-Tal. «Aujourd'hui, nous n'avons qu'un seul état de fonctionnement, un état de préparation de guerre, pour faire face à des attaques terroristes sur les infrastructures de la CEI, et les cyber-attaques ».

 

Avec cela, dit-il, la cyber-menace est certainement moins grave qu'une attaque réelle sur les centrales de la CEI. « Nous considérons ces attaques comme une menace stratégique, et non pas comme une menace pour notre survie. Notre tâche dans la cyber-guerre est d'assurer la poursuite du fonctionnement des ordinateurs et des systèmes ».

 

Alors que l'inquiétude immédiate de Ron-Tal est de s'assurer que la CEI est en mesure de continuer à fournir de l'électricité, le cyber-terrorisme est un problème de sécurité générale, avec le cyber-front constituant désormais  un sixième front de défense, rejoignant les fronts de l'air, de la mer, de terre, le front intérieur, et l'espace. «Aujourd'hui, le cyber-front est devenu l'un des principaux champs de bataille », a-t-il ajouté.

 

D'autre part, Ron-Tal a dit, que l'approvisionnement en électricité est plus susceptible de souffrir d'une attaque de pirates, car, contrairement à d'autres choses comme la nourriture, l'eau et la médecine, l'électricité ne peut être stockée - elle est fabriquée selon les besoins ».

 

Et le fait qu’Israël est « une île de production électrique », non raccordée à un réseau régional en cas d’urgence, rend la protection de l’approvisionnement en électricité du pays, d’un intérêt national primordial. « Nous sommes en train d’organiser une connexion aux réseaux d’électricité grecs et chypriotes, pour que nous soyons en mesure de tirer l’électricité du réseau européen en cas de besoin. Mais ces dispositions peuvent prendre un certain temps, a-t-il dit.


Les cyber-attaques sont un problème non seulement pour la CEI, mais aussi pour l'ensemble de l'économie israélienne, a déclaré le professeur Yitzhak Ben-Yisrael, qui fait partie de l’atelier Yuval Ne’eman de l’Université de Tel-Aviv pour la Science, la Technologie et la sécurité, et a aidé à établir le Cyber ​​Comité national du Premier ministre. Dans une récente interview, Ben-Yisrael a déclaré qu’Israël a connu environ 1.000 cyber-attaques par minute, par jour, tous les jours – et la plupart des cyber-attaques n’émanent pas de groupes de pirates informatiques tels que ‘Anonymous’, mais des Etats, du crime organisé et de groupes terroristes.


« Une cyber-guerre peut infliger le même type de dégâts que celui d’une guerre classique », a déclaré Ben-Yisrael. « Si vous voulez frapper sévèrement un pays vous frappez son pouvoir et son approvisionnement en eau. La cyber-​​technologie peut le faire sans tirer une seule balle. "La cyber-sécurité, a-t-il dit," n'est pas de sauver des informations ou des données. Il s'agit de la sécurisation des différents systèmes vitaux régis par des ordinateurs ».

 
Parmi les Etats attaquant les infrastructures d'Israël, de nombreux Israéliens supposent, que cela provient de l’Iran – mais dans ses commentaires, Ron-Tal a déclaré qu’il semblerait que peu d’attaques sur la CEI soient originaires de l’Iran.


« Les pays d’où proviennent les attaques ne sont pas nécessairement ceux avec qui nous sommes en conflit, cela provient des Etats-Unis, de la Chine et de la Corée», avec quelques attaques en provenance d'Israël. « L'Iran est l'un des délinquants mineurs, du moins sur le papier » Toutefois, cela ne signifie pas que l'Iran n'est pas derrière la plupart des cyber-attaques contre Israël; les Iraniens pourraient utiliser des mandataires ainsi que d'autres techniques pour détourner la traçabilité des attaques, a-t-il ajouté.


Comment la CEI et les entreprises d'infrastructure, y compris les entreprises qui importent, fabriquent ou distribuent l’eau, la nourriture, et bien d’autres nécessités de la vie peuvent se défendre ? D’autres travaux sont nécessaires pour assurer une défense sûre, a déclaré Ron-Tal, et la première chose qui doit être faite est de renforcer l’échange d’informations entre Israël et d’autres pays concernant les cyber-menaces, afin d’être en mesure de renforcer les défenses.

 

 Une méthode qui est utilisée dans d'autres sociétés est la mise en œuvre d'un réseau intelligent, qui analyse la consommation d'électricité et déploie l’équipement de production et les ressources selon les besoins. Ainsi, lorsque l'utilisation de l'électricité est élevée dans une région et dans une autre plus basse, un réseau intelligent déplacera plus de puissance dans les stations où la demande est élevée, réduisant l'approvisionnement dans les zones à utilisation plus basse.

 

De tels systèmes sophistiqués peuvent être utilisés pour contourner les cyber-attaques sur les compagnies d'électricité, a déclaré Andy Bochman, un expert en sécurité du réseau intelligent pour IBM. « Une petite [attaque] survenant dans un seul endroit sera plus facile à isoler et d'autres ressources peuvent être mises à profit et dans ce cas il n’y aura pas les dommages que destinaient les méchants » a déclaré Bochman. « C’est l’un des facteurs de motivation qui permet de garder les personnes d’un certain âge dans le gouvernement et dans les industries qui exercent de nuit pour eux.

Un rapport récent de l’ordre du jour de la sécurité et de la défense (SDA), spécialiste de la défense et de la sécurité à Bruxelles, a classé Israël comme étant l’un des pays les mieux préparés pour faire face aux cyber-attaques – Ben-Yisrael a déclaré que cette indication était par rapport à d’autres pays. Mais compte tenu des besoins spécifiques d’Israël, le pays a besoin d’aller au-delà de ce qu’il a, et consolider sa cyber-sécurité, en particulier dans la défense de son infrastructure.

 

 « Si vous regardez la menace potentielle », a-t-il dit, « il y a encore beaucoup à faire »

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog